Antagne © Benoît Renevey

© Benoît Renevey

Protection de la flore

La meilleure manière de conserver la flore est de protéger les milieux dans lesquels elle se développe.

C’est d’assurer un espace de vie aux plantes indigènes partout. Ce but peut être atteint grâce à la participation des agriculteurs, des forestiers, des voyers et des cantonniers, mais aussi et surtout de tout un chacun!

Assurer un espace de vie suffisant aux écosystèmes en établissant des réserves naturelles.

© Benoît Renevey reserve prealpes © Benoît Renevey

La conservation des sites de grande valeur pour la flore s’est concrétisée en créant des réserves naturelles, ce que fait Pro Natura depuis plus d’un siècle. Cent cinquante réserves naturelles sont réparties dans le Canton de Vaud et chaque année de nouvelles réserves sont réalisées.

Plus la surface de la réserve est grande, plus les écosystèmes fonctionnent naturellement. De grandes réserves existent dans le Jura et dans les Préalpes, sanctuaires pour la flore des montagnes. La démarche logique de Pro Natura Vaud consiste à agrandir les petites réserves autour de leur noyau originel.

Des espèces rares sous haute surveillance

saxifrage_oeil_de_bouc_cr_Benoît_Renevey © Benoît Renevey

Les réserves de Pro Natura Vaud ont permis de sauvegarder des espèces très menacées et dont c’était le dernier refuge dans le pays, comme la saxifrage œil de bouc ou le mouron délicat. Des suivis scientifiques des populations accompagnent et orientent la gestion des milieux.

La flore compagne des espèces cultivées est en danger

messicoles_esp_cultivees© Anne-Claude Plumettaz © Anne-Claude Plumettaz

Maintenir, dans la zone agricole, des friches et des prairies entretenues de façon extensive permet de conserver les espèces liées à une exploitation traditionnelle. Pro Natura Vaud collabore avec l’Etat et avec les organes de la vulgarisation agricole pour promouvoir les prairies riches en fleurs.

En 2018, le territoire agricole vaudois comprend de nombreuses zones extensives, dont l’entretien est rémunéré par la Confédération. Ainsi les bleuets et les coquelicots sont-ils réapparus dans nos campagnes, des bandes fleuries longent les lisières, des prairies à potentilles et œillets subsistent sur des sols superficiels qui ne sont plus amendés, des vergers et des haies sont plantés, les arbres isolés sont conservés et sous chaque ligneux, un petit espace est disponible pour des plantes au port plus modeste.

Favoriser la végétation indigène partout et par tous!

campagne © Anne-Claude Plumettaz © Anne-Claude Plumettaz

Pro Natura Vaud  s’efforce d’œuvrer pour la végétation avec les praticiens, agriculteurs, forestiers et voyers des routes et des eaux, par la promotion des « bons gestes » dans leur travail de tous les jours. Ainsi partout, telles petites surfaces riches en orchidées ou en plantes à fleurs peuvent être entretenues de manière douce et respectueuse des organismes qui y vivent.

Les talus de route, des rubans kilométriques de prairies extensives

talus de route © V.Favre © V.Favre

Un projet commencé dans les années 1990 par Pro Natura Vaud fut de sensibiliser les voyers des routes à l’importance des talus, car il s’agit de centaines de kilomètres linéaires de prairies extensives, souvent riches en espèces. En 2018, les responsables de l’entretien de ces talus ont intégré dans leurs plans et leurs pratiques des entretiens différenciés en fonction de la flore plus ou moins riche des talus. Le projet de Pro Natura Vaud se poursuit en sensibilisant les communes à leurs patrimoines botaniques.

La forêt n’est pas constituée que d’arbres!

sous bois © Benoît Renevey © Benoît Renevey

Pro Natura Vaud participe avec les forestiers à l’élaboration d’un réseau de parcelles laissées à leur libre évolution en forêt. Les communes instaurent des réserves forestières. Des particuliers offrent leur parcelle pour créer des îlots de vieux bois. Ainsi la flore des buissons, des herbacées et des mousses peut s’y développer sans être étouffée par des plantations denses ou par d’épais tapis de branches après les coupes.

Flore de la source au fleuve, des canaux aux rives du lac

nénuphare © Benoît Renevey © Benoît Renevey

Un engagement de Pro Natura Vaud est d’élaborer avec le Service des eaux des projets de renaturations des cours d’eau qui, tout en assurant la sécurité, laissent aux végétations riveraines de l’espace pour se développer, par exemple dans des méandres et des zones d’inondation temporaire recréés. Aux Grangettes près de Noville, le delta du Rhône sera la prochaine grande revitalisation.

Une des premières réalisations suivies par le comité régional Nord de Pro Natura Vaud fut la renaturation de l’embouchure de l’Arnon.

Et vous? La flore vit aussi dans les villes et les villages.

mur et végétation © Anne-Claude Plumettaz © Anne-Claude Plumettaz

Depuis longtemps Pro Natura Vaud rappelle que chacun peut faire quelque chose en faveur de nos plantes indigènes, que ce soit sur son balcon ou dans son jardin, par le choix des espèces et par le mode d’entretien. Du côté des espaces verts urbains, une évolution bienvenue vers des entretiens plus légers et des actions en faveur des espèces locales est constatée, ce qui d’une part encourage une meilleure diversité et d’autre part réduit les coûts.

Enfin, et ce n’est pas le plus aisé, il reste à défendre chaque petit bout de terrain encore semi-naturel dans les villes et leurs zones industrielles tentaculaires, dans les villages et leurs zones villas souvent stériles. Le vert des urbanistes, des architectes et des paysagistes n’est pas toujours synonyme de nature…

Il n’est pas nécessaire d’être botaniste émérite pour s’intéresser aux fleurs.  Favoriser cette qualité de vie est à la portée d’action de chacun: praticien, propriétaire, élu ou électeur. Songez-y!

 

Pro Natura Vaud
Boulevard de Grancy 56
1006 Lausanne
Tél: 021 963 19 55
@email


Cela pourrait aussi vous intéresser

Devenir bénév­ole

Plus de cent soixante bénévoles, de tout âge, agissent…

Notre organ­i­sa­tion

Pro Natura Vaud est la section cantonale de Pro Natura…