Hermine en garde © iStock Mavyz

De nouveaux gîtes pour le lézard agile, l'hermine et la belette

Durée du projet: 01.01.2021 - 31.12.2024

Les paysages du Gros de Vaud et du pied du Jura vaudois sont diversifiés et le reflet des activités humaines. Cependant l’agriculture et la sylviculture intensives rendent la vie difficile à sa faune. Pro Natura et sa section vaudoise lui donnent un coup de main.

Dans de nombreuses régions, les conditions sont mauvaises pour l’hermine, la belette et le lézard agile. Des petites structures adaptées comme gîte ou abri temporaire font défaut et nombre de populations sont isolées les unes des autres, ce qui entraîne la régression de ces espèces.

René Amstutz, 061 317 91 34, @email


Ensemble pour davantage de structures dans les paysages!

© Sorg / Pro Natura © Sorg / Pro Natura
Des tas de branchages en tant que petites structures de liaison

Afin de promouvoir ces trois espèces, Pro Natura et sa section vaudoise coopèrent depuis 2017 avec divers partenaires locaux issus des milieux agricoles, forestiers et de la protection de la nature. Leur objectif commun: un maximum de sites revalorisés et enrichis de petites structures. Grâce à l’accompagnement professionnel et au soutien financier de Pro Natura de chaque partenaire - de l’idée de projet jusqu’à sa réalisation - les espèces cibles bénéficient de nouveaux refuges.

Fin 2020, après 4 ans d’engagement dans la région du Gros-de-Vaud, ce sont 105 tas de branches et de pierres nouvellement créés, 380 mètres de haies diversifiées plantées, 1000 mètres de lisières structurées, 15 ares de jachère aménagée et 84 arbres fruitiers hautes-tiges plantés. Plusieurs structures réalisées accueillent déjà lézards et hermines. Quelle belle récompense!
Vu le succès, un nouveau partenariat a vu le jour en 2020 avec le Parc Jura vaudois, info fauna - karch et le Réseau hermine REHM pour poursuivre le projet pour 4 années supplémentaires, dans le même esprit que dans le Gros de Vaud, mais cette fois au pied du Jura vaudois - d’Aubonne/Bière jusqu’à Orbe.

Avec des objectifs encore plus ambitieux en termes de quantité de petites structures aménagées. Les campagnols n’ont qu’à bien se tenir s’ils ne veulent pas finir sur l’assiette des hermines!

Voici quelques exemples pratiques

Cela pourrait aussi vous intéresser