La Rogivue_cr_benoit_renevey
Vaud

Réserve naturelle «Les Mosses de la Rogivue»

© Benoît Renevey

La tourbière des Mosses a été exploitée jusqu’après la seconde guerre mondiale. Depuis 1973, elle est en partie propriété de Pro Natura Vaud qui s’engage à la revitaliser. Le site, figurant également à plusieurs inventaires d’importance nationale, offre une belle diversité de milieux naturels qui ravira les visiteurs au rythme des saisons.

Histoire

Suite au retrait des glaciers, un lac s’est formé dans la cuvette morainique située au nord du village de la Rogivue. Au fil des années, le lac s’est atterrit progressivement, laissant peu à peu la place à un bas-marais alimenté par le ruissellement des versants alentour et les précipitations. Une tourbière se forme où l’alimentation hydrique, assurée uniquement par les eaux de pluie, ne fournit pas les nutriments dont les plantes ont besoin. Ces conditions sont toutefois propices à la colonisation des sphaignes, une mousse capable de retenir jusqu’à trente fois son poids en eau et qui se décompose très lentement en tourbe, depuis sa base. L’accumulation de tourbe durant plusieurs siècles a façonné une tourbière bombée dont le centre atteignait une hauteur de dix mètres avant que l’homme ne commence à l’exploiter.

Faune et flore de la réserve

Le haut-marais est donc un milieu pauvre en nutriments. Les plantes ont alors dû s’adapter à ces rudes conditions. Par exemple, le rossolis prélève l’azote non pas dans le sol, mais dans les insectes qu’il capture avant de les digérer lentement. Le site sert également de lieux de reproduction pour les oiseaux d'eau, les batraciens, les libellules, les papillons et autres insectes inféodés aux marais, et à deux familles de castor.

La réserve naturelle représente un havre de paix pour les amphibiens qui viennent s’y reproduire. Chaque année au printemps plusieurs milliers de grenouilles rousses, de crapauds et de tritons quittent leurs quartiers d’hiver pour se rendre aux différents plans d’eau de la réserve. Depuis 2014, un crapauduc permet aux amphibiens de passer sous la route de Jordil. Des bénévoles aident également les amphibiens à traverser la route de Maracon.

Entretient de la réserve

En automne et en hiver, des responsables de réserves, des bénévoles et des civilistes fauchent les roseaux et entretiennent les lisières afin de conserver la mosaïque des milieux qui composent les Mosses de la Rogivue.

Jeune grenouille rousse sur un tapis de mousse

Jeune_grenouille_rousse_cr_benoit_renevey
Jeune grenouille rousse sur un tapis de mousse